Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre


Recherche

Archives

10 mai 2008 6 10 /05 /mai /2008 18:25

Aujourd'hui, à 11h30, avait lieu la cérémonie de commémoration de l'abolition de l'esclavage en France. Alexis, Président des Jeunes centristes et moi-même nous y sommes rendus.

Après un discours par Madame Blanchard (la maman d'Oumie, une amie connue à la Fac et est aujourd'hui maman de deux fille et avocate) très attachée à retracer la vie d'Aimé Césaire et l'importance de son oeuvre littéraire et politique, il a été lu l'un des textes du poète. Je vous le retranscrit ici ; il s'agit d'un extrait de Ferrements :

"Le périple ligote emporte tous les chemins
seule la brume garde ses bras ramène la ville au port en
palanquin

et toi c'est une vague qui à mes pieds t'apporte
ce bateau-là au fait dans le demi-jour d'un demi-sommeil
toujours je le connus

tiens-moi bien fort aux épaules aux reins

esclaves

c'est son hennissement tiède l'écume
l'eau des criques boueuse et cette douleur puis rien
où nous deux dans le flanc de la nuit gluante aujourd'hui comme jadis
esclaves arrimés de coeurs lourds
tout de même ma chère tout de même nous cinglons à peine un peu moins écoeurés aux tangages"

Je ne peux que regréter que nous ayons été si peu lors de cette cérémonie. Bien sûr, les autorités civiles et militaires étaient présentes, du moins leurs représentants... Je ne comprends pas que, sur un lieu aussi symbolique que la place de la Liberté, sur un sujet aussi important, qui nous renvoit si fort à nos valeurs, nous rappelle à quel point nous étions ignorants il y a encore si peu de temps, nous ne soyons que si peu...


Recueillement après le dépôt des gerbes.


Aurélien...
Un p'tit coin d'paradis sous un coin de parapluie" ?


Partager cet article

Repost 0
Published by Fabien BUFFETEAU - dans Vie citoyenne
commenter cet article

commentaires

Articles Récents