Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Texte Libre


Recherche

Archives

10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 23:25

Je dois bien admettre que si Twitter ou Facebook permettent volontier l'invective et l'immédiateté, ils sont source de frustrations.

Je ressents le besoin de démontrer, d'expliquer, de partager... ce qui est bien difficile à faire en 140 caractères ou peut manquer de lisibilité sur une timeline facebook. J'ai donc décidé de ressortir ce bon vieux blog que je redécouvre comme on entre dans son grenier, avec son tout et son n'importe quoi : de bons ou moins bons souvenirs, des coups de gueules, des moments de joies... 

Rassurez-vous, je ne perdrai ni de ma sagesse, ni de mon impertience. Je continuerai à mettre du tout. Inutile également de venir chaque jour vérifier ce que j'y mets, je ne manquerai pas de relayer mes petits morceux de choses sur les media plus propice à l'information en temps réel !

Capture d’écran 2012-11-06 à 21.39.34

Repost 0
Published by Fabien BUFFETEAU - dans Môa
commenter cet article
28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 17:24

Alors que je n'ai même plus le temps de suivre de prêt mon compte facebook, je me paye le luxe de venir faire un petit tour sur mon blog, histoire notamment de faire disparaître ces publicités que je ne supporte pas très bien  :-)

Repost 0
Published by Fabien BUFFETEAU - dans Môa
commenter cet article
17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 19:00
C'est pas la motivation qui manque, c'est la rigueur... Et puis il faut bien le dire, les facebook a mis à mal ce blog. Mais j'ai du mal à me séparer des choses et je ne peux me résoudre à abandonner complètement ce petit espace personnel... On est pas à l'abri d'avoir un coup de gueule à pousser !

Alors je me garde ce blog sous le coude et je vais commencer à voir par où je commence...
Repost 0
Published by Fabien BUFFETEAU - dans Môa
commenter cet article
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 00:09
C'est un grand saut dans le vide que je viens de faire.

Quelque chose qui m'obsède suffisamment pour avoir envie de poster quelque chose sur ce blog laissé en friche.

Je viens de me confronter aux difficultés d'un jeune célibataire qui souhaite devenir propriétaire. Sachez-le, les charges, que nous soyons seuls ou deux, restent sensiblement les mêmes. L'acquisition d'un bien immobilier ne déroge pas à la règle.

Cela était d'autant plus difficile pour moi de quitter le statut de locataire.

Je suis encore "jeune" et les évolutions de la vie professionnelle, les opportunités peuvent nécessiter une certaine mobilité par exemple. S'engager sur l'achat d'un bien dans ces condition suppose que nous puissions alors le revendre ou le louer facilement.

Dès lors, mes recherches immobilières débutées ils y a trois mois se dirigeaient vers "le plateau" de Poitiers. Mes moyens étant relativement limités, je ne pouvais véritablement espérer un premier achat qui serait un vrai coup de coeur, dans lequel je penserais pouvoir rester. Et pourtant...

C'est chose faite ! Un appartement de 90 m² en duplex, avec trois chambres, une cuisine (presque) équipée, une superbe petite cave voûtée, trois chambres à l'étages avec toilettes et salle de bain... Le pied. Le tout, chose inespérée mais incontournable, sans quoi je n'aurais peut-être pas décider de signer un compromis, une place de parking à une centaine de mètres.

Bientôt le marathon des banques en vue d'un prêt.

Je vais essayer de poster quelques éléments progressivement, le long de mes démarches.

En attendant, un grand merci à mes experts économiques : Stéphane M. et Jean-Luc T. , à mon architecte (DPLG !) préférée Valérie M. , à mon chef de chantier de Papa, à Serge R. pour l'apport d'éléments essentiels concernant l'environnement du quartier (présent et à venir.... Coeur d'agglo quand tu nous tiens !), à ma Maman et Monsieur Lapin pour leur soutien de tous les instants !
Petite mention spéciale pour Sarah M., dite "l'Executeur de Bucarest" et sa force de dissuasion à laquelle nous n'avons au demeurant pas souhaité avoir recours (éthique - et tarifs - obligent). Qu'elle soit rassurée, si tout va bien, Son Eminence sera du voyage et elle pourra venir le voir !
Repost 0
Published by Fabien BUFFETEAU - dans Môa
commenter cet article
20 juin 2009 6 20 /06 /juin /2009 15:43

Les personnes capables de comprendre le dixième de ce qui suit doivent se compter sur les doigts d'une main de E.T. !  Alors gagnez du temps... Arrêtez-vous là !

 

Est-ce que l'on change, ou est-ce que l'on se révèle ? Je ne prends pas trop de risque à poser une question aussi intime, puisque la fréquentation de ce blog confine au zéro absolu, sauf de temps à autres, lorsqu'un internaute s'égare et trouve les paroles de la "sauce aux lumas" principal objet des visites.

C'est plus le "moi" de ce moment particulier de l'écriture qui s'adresse au "moi", lecteur, souvent accablé, torturé, en tout cas, désenchanté. Donc toi, qui est sans doute le ou la seule à lire ces quelques lignes, tu voudras bien m'excuser par avance d'être aussi obscure.

Comment peut on croire aussi fort en quelque chose, puis se réveiller un jour et ne ressentir que déception et, sans oser se l'avouer, dégoût et révolte? Non, bien sûr,  la situation est demeurée inchangée. Mais notre perception, l'impact de cette situation sur nous même ne sont plus les mêmes. D'où cette question : changement de soi ou révélation à soi.

Je ne crois pas avoir tant évolué que cela. Ce qui est au fond de moi, je crois l'avoir toujours eu. Je n'ai jamais été quelqu'un de très tranché, d'excessif et rivé à mes convictions. Je ne remets pas toujours tout en doute non plus. J'ai un ressenti, des impressions. Je crois d'ailleurs que c'est ce ressenti qui me trouble un peu... Il cherche toujours à amoindrir, à pondérer ce qui est excessif. Je trouve facilement des excuses... Je me rends compte aujourd'hui que je me gardais bien de les vérifier de crainte que cela ne m'oblige à me rendre à l'évidence que certains comportements, certains actes sont froidement cinglants et égoïstes et sans excuse!
Mais on ne fait pas disparaître un problème en ne le regardant pas, ni en le minimisant, ni en l'excusant.

Il me faut accepter maintenant de voire le monde dans la plénitude de ses contrastes : bien sûr le monde est gris, mais pas que de nuances de gris ! Il y a aussi du noir et du blanc au milieu de toute cette grisaille. Si je n'osais croire au blanc immaculé, sans doute pour ne pas faire trop "naïf", je me refusais de croire qu'il y  ait du noir profond et absolu.

Sordide erreur. Tout cela existe et se côtoie, au quotidien, parfois même au sein du même être !

Le réveil est dur. Les conclusions lourdes. Rien n'a changé non. Je me suis simplement révélé à moi-même la cruauté de la situation. Cette clairvoyance me rend ce monde un peu plus insupportable.
Et si je suis plus résolu que jamais à tendre vers ce que je pense être juste, je m'aperçois que je suis bien plus emmazouté que je n'aurait jamais pu le penser.

M'en sortir... Oui... En y laissant des plumes, et des grandes !... Mais s’en sortir.

Repost 0
Published by Fabien BUFFETEAU - dans Môa
commenter cet article
19 avril 2009 7 19 /04 /avril /2009 19:38
Je me suis fait sympathiquement remonter les bretelles par certains de mes amis, très déçus de voir ce blog stagnant depuis plusieurs mois.

Quelques rappels à l'ordre et un réabonnement d'un an sur la plateforme over-blog plus tard, je remets la pulpe de mes doigt sur le clavier de mon ordinateur qui approche de la fin ( dejà cinq ans de bons et loyaux services !)

Pourtant, l'acualité a été riche. J'ai vivement réagi à chaque fois que quelquec chose m'iindignait.' Mais je ne prenanit pas le temps de mettre cela sous la forme de ce blog. Parmis ce qui m'a fait réagir, il y avait notamment ces denières semaine :
- des mouvements irresponsables sur les braises desquels soufflent des pompiers incendiaires, tantôt enseignants, doyen, conseillers municipaux, tantôt bas politicards prêts à se torcher le cul avec l'avenir des étudiant ou de notre université si ça peut (croient-ils) embêter le Président de la République.
- la situation de crise que notre pays traverse, et ses répercussions dans nos vies respectives.
- la disparition de René Monory, homme fort du département, qui a su montrer (exemple trop rare) qu'un homme visionnaire et exigeant, peut apporter énormément, alors même que rien ne semblait le prédestiner à une vie politique aussi riche.

Mais cela ne fait pas l'ombre d'un doute que l'actualité à venir me donnera l'occasion d'intervenir de nouveau et je me permettrait certainement de revenir sur certains aspects cités précédemment.
Repost 0
Published by Fabien BUFFETEAU - dans Môa
commenter cet article
13 décembre 2008 6 13 /12 /décembre /2008 19:14

En cette veille de fêtes de fin d'année,avant de penser, encore un peu plus, à ceux qu'on aime, je viens de me consacrer un après-midi.Les temps son difficile, la fatigue s'installe, on perd progressivement le goût des choses.

Alors après le marché, j'ai décliné l'invitation d'un ami, et je suis rentré chez moi. J'ai fermé la porte et j'ai soufflé un grand coup, longuement. J'ai commencé à cuisiner un peu,  pour une personne, les mets que je venais de quérir. De toute façon, qui aime encore la cervelle de veau? Je me suis doucement laissé glisser dans les moindres tâches ménagère, calmement.Le sapin nordm ann acquis plus tôt dans la semaine m'attendait dans son pot. Je le préparai, soignai ses branche blessées par le filet qui l'avais si longtemps étreint.Je lui accrochai quelques légères boules et guirlandes dorées, après l'avoir paré de diodes scintillantes.

Ce n'est que là qu j'ai senti que noël approchait.


Puis je fis couler un bain. Quelques bougies, des huiles, quelques senteurs. La musique... tout ce que je sais, c'est que c'était Mozart. Mes lacunes musicales sont tenace, mais j'y ai pris du plaisir... Après toutes ces journées de folie, ces agressions du quotidien, que l 'on accepte mais pas notre corps qui nous le rappelle bien, le temps s'arrêtait.

Les serviettes de bains étaient douces et fraîches. Je m'habillai et me posai sur ce canapé. Je l'aime ce canapé. Puis j'ai enfin pris le temps de me plonger dans la vie de Jean Zay. Je vous en reparlerai, trop peu de gens connaissent cet homme d'exception. l'Histoire aussi a ses injustices.


Il est maintenant l'heure de rejoindre le reste du monde. Un article plutôt personnel sur mon blog. Je vais enfiler  mon manteau, en relever le col, puis dîner avec des amis. Le goût me revient déjà un peu...




Repost 0
Published by Fabien BUFFETEAU - dans Môa
commenter cet article
18 août 2008 1 18 /08 /août /2008 19:02

Trois années que la plaine antranaise n'avait plus entendu résonner les doux chants et les exclamations joyeuses d'un Spontex Tour... Mais cette année, c'était le grand retour. Nom de l'édition :

Spontex Tour Old Stars and Happy Few

Objectif : s'amuser, revoir des amis, ceux des meilleurs moments comme des plus durs, ceux qu'on a pas souvent l'occasion de voire, mieux faire connaissance avec des personnes que le hasard a parfois mis sur ma route mais que je n'ai jamais eu la chance de connaître mieux.

Une petite semaine d'organisation avec le pool de spécialistes, plus ou moins avisés et le coup d'envoi était donné dès le vendredi après-midi.

Je noterais en vrac, quelques petites choses marquantes du week-end :
- le punch surdosé de Nico (conséquence : tout le monde couché à 1h00 le vendredi soir)
- les Pâtes carbonara
- la partie de Badmintom-tom (badminton avec Tom Tom)
- les attaques d'Al Vomida vers les impétrants
- les Croc de Kiss
- les visites assidues de la voisine baptisée "Sue Helen"
- les Cakes et Quiches de Bouchon, cuisinier de l'année
- le Blind test des Old Stars dans la piscine, animé par le GM palmipède en mode "A la pêche aux moules"
- les rouler-bouler avec Tom-Tom qui y a laissé quelques côtes
- P'tit J l'éclaireur qui doit fair eson rapport
- la voiture de P'tit J (jaune, rachetée à la poste, et tunée avec des bandes noires)
- la cape du Grand Bitardier en petits morceaux et logeant dans deux poches de Papaouch
- le bikini à perles d'Hydro
- l'entrecôte pomme de terre avec crème fraîche et ciboulette
- mes Spontex shoes
- l'intronisation de quatre nouveaux chevaliers au Pastis Club
- la guitare de Valérie
- le laborieux montage des tivolli
- le short déchiré de Bouchon
- Carlos et son tein pâle
- Le pyjama de bloc floqué "Castor Tour 2002" de Georgin
- La partie de Trivial Pourcuite
- le Pommeau de bretagne de Maïcky et Anaïs
- La cuvée Mil'Or de Stéphane

Allez, à vous de compléter la liste !

Et merci Lise pour la Photo
Repost 0
Published by Fabien BUFFETEAU - dans Môa
commenter cet article
11 août 2008 1 11 /08 /août /2008 17:41
Le moment est venu por moi de prendre quelques jours de vacances. Ils sont les bienvenus mais laisse pointer à l'horizon une rentrée déjà très chargée. M'enfin, c'est toujours ça de pris !

J'espère que je prendrai le temps de vous donner quelques nouvelles...
Repost 0
Published by Fabien BUFFETEAU - dans Môa
commenter cet article
8 août 2008 5 08 /08 /août /2008 19:11
Je sais que Dalida a été élue l'Artiste méga-over-kitch du siècle, mais bon... Je vous soumets cette chanson de 1979 que je ne connaissais absolument pas. Elle est surprenante, non pas par le thème en lui-même - l'homosexualité - mais par la façon de le traîter : une femme, mariée depuis dix ans, entrevoit et craint l'homosexualité de son mari.

Je vous laisse apprécier par vous même. Moi, je suis obligé d'avouer que ça me fait quelque chose.




Repost 0
Published by Fabien BUFFETEAU - dans Môa
commenter cet article

Articles Récents