Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre


Recherche

Archives

25 novembre 2008 2 25 /11 /novembre /2008 12:00

Mise en condition...

Dimanche soir, deux amis arrivaient au train de 20h33 en gare de Poitiers. Nous étions deux à les attendre et tout naturellement, ne les ayant pas vu de la semaine, nous savions que ce serait fatalement un dîner avec au menu , notamment, os à moëlle, rognons de veaux et surtout... élections du Parti socialiste!


Faisant abstraction de tout le ressentiment qui s'en dégage - ne sort-on pas les grands mots de "démocratie", "tricherie", "élection volée" ou même "révolte" - l'un d'eux nous faisait une petite analyse fort intéressante dont voici les grandes lignes.


Une annonce malvenuedes résultats... mais pas innocente!

Pourquoi les repsonsables du parti socialiste ont-il annoncé les résultats? La première chose que l'on apprend à sciences-po,  qui est loin d'être une institution inconnue de la plupart des locataires de la rue de Solférino (ha, non... On me dit dans l'oreillette qu'ils seraient propriétaires... autant pour moi !), est la suivante : si on est sûr d'une chose lorsqu'on a une élection avec 0,1% d'écart au soir du dépouillement, c'est qur l'on est sûr de rien savoir. La règle serait même déviter à tout prix de se prononcer.


Pourtant, Daniel Vaillant  a bien annoncé les résultat (remarque, ils se battaient pas pour les annoncer !) avec 0,02% d'avance pour Martine Aubry! Pourquoi?


Un précédent chez nos cousins d'amérique

Pour comprendre, il nous suffit de regarder encore une fois vers les Etats-Unis d'Amérique... Non, pas Obama... Rembobinez un peu... Voilà... 2001... Al Gore et W. Bush.

Souvenez vous, peut-être avez-vous comme moi passé une nuit blanche à suivre cela. Vous vous rappellez certainement des recomptages, des bulletins de vote et des procédures litigieuses... Mais vous souvenez-vous aussi que, bien que le scrutin ait été serré, on nous avait annoncé dès cinq heures du matin que W. Bush avait gagné? Enfin, quand je dis "on", c'est Fox News (chaîne un tantinet pro républicaine à mort quand même).


A partir de ce moment, Al Gore ne pouvait plus être qu'un challenger, mis immédiatement en position de faiblesse. C'était à lui de contester et de passer pour un mauvais perdant.


Maintenant, revenez aujourd'hui, en France, et trouvez moi un Al Gore...

Hé oui ! Elle porte des talon et cite la Bible, mais c'est bien elle, notre Ségolène ! Quoi qu'elle fasse, elle sera de toute façon toujours vu comme la mauvaise perdante. Il faut dire qu'elle ne portait pas vraiment solfé dans son coeur, et Solfé le lui rend bien !


Tel(le) est pris(e) qui croyait prendre !

Ne pleurez pas trop sur cette pauvre Marie-Ségolène, rappelez vous le début de soirée, où elle et son équipe ont aussi tenté de faire ce coup-ci à la pauvre Martine. A 23h00, l'écurie Royal nous annonçait une victoire à 52 voire 53%. Mais ce genre de bluff ne s'annonce pas comme ça! D'une part, ils l'ont tenté trop tôt. pour être crédibles. Seule une quarantaine de fédérations dans mon souvenir (et les moins importantes en terme de nombre de suffrages) avaient communiqué leurs résultats.

De plus, annoncer 53%, c'était trop. Mieux vaut annoncer un petit 51(oui, je sais pas de pub... mais au moins, un petit 51 ce serait mieux passé dans les Bouches-du-Rhône ;-) ) et avoir un score qui se ressert très peu, que de donner l'impression d'une chute vertigineuse, d'un tassement considérable des voix qui fait passer de 53% à 49,8%. Ils se mettaient alors en position de subire une mauvaise dynamique et rendaient crédible une annonce de victoire par Martine Aubry. Ce qui arriva.

Je retiens de tout cela que le super poker menteur entre le congrès et  le vote se terminait en apothéose !


Résister ou mourrir

Maintenant, l'écurie royale fait exactement ce qu'il faut : ils se démènent, crient au scandale, poussent le bouchon volontairement trop loin. C'est leur seule chance de contrer une décision qui leur serait défavorable. Al Gore ne s'étais pas assez défendu et avait un peu trop facilement endossé le costume du perdant. Ségolène ne semble pas l'avoir dans sa garde-robe.


Voilà, désolé, c'était un peu long, mais je voulais vous faire partager cette analyse...  Merci aux trois personnes que j'avais autour de la table. Et puis après tout, c'est mon blog et je fait ce que je veux ! Mais votre avis m'interesse !

Partager cet article

Repost 0
Published by Fabien BUFFETEAU - dans Res Publica
commenter cet article

commentaires

Johan 28/11/2008 18:30

La meilleure analyse que j'ai entendu c'est celle de Georges Frêche, qui disait que Royal avait derière elle une équipe soudée (Peilon, Rebsamen et Valls) pendant que Aubry devra manager une majorité agitée et indiscipline, entre Fabius à l'aguet (il n'a toujours pas compris qu'il ne serait jamais président) et DSK qui croit pouvoir se faire élire en 2012 car il s'imagine plus inteligent que tous le monde.
Franchement, on croyait la mère Ségolène gentillette et nunuche, en réalité elle est tout à fait machiavélique et dépasse de loin le portrait que l'on dessine d'elle : créature des médias etc...
Moi, je suis persuadé que c'est elle la prochaine présidente...Et puis j'aime bien son côté seule contre tous...
Quand à demander l'annulation du vote, à 42 voix près, je pense que c'est parfaitement compréhensible et c'est ce qui se fait dans toute autre élection.
Au final elle aura du mal à incarner aussi piteusement la France, à conduire l'Etat de manière aussi odieuse que ne le font ceux qui sont au pouvoir depuis 35 ans cumulés, pouvoir dont ils s'estiment propriétaires.

Au lieu de se croire invincible et de la railler par le biais de Lefèvre son porte-parole, Sarkozy devrait se souvenir d'un certain 10 mai 1981...

Articles Récents