Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre


Recherche

Archives

7 août 2008 4 07 /08 /août /2008 20:45



Je n'entends pas salire l'Olympisme, mais cette fois ci, c'en est assez ! Nicolas Sarkozy ne rencontrera pas le Dalaï Lama. Il y a peu encore, il pestait après l'ambassadeur de Chine , Khong Quan "Ce n'est pas à la chine de fixer mon agenda, ni de dicter mes rendez-vous" lançait-il alors.

Nous ne pouvons pas dire que nous ne savons pas. Nous ne pouvons ignorer ce qu'est le régime communiste chinois.

Jamais la démocratie ne doit fléchir, quelque soit la puissance que représente la Chine. Je n'en veux pas à la population chinoise. Mais ce sont les lumières que nous devons porter à ce peuple ; celles qui ont éclairé les défenseurs de la démocratie et de la liberté dans les heures les plus sombres, que ce soit à travers les ondes, lors de l'appel du Général de Gaulle ou les mots de Churchill au milieu des décombres.

Le Président de la République, le premier des Français, doit recevoir le Dalaï Lama, non pas pour soutenir la cause tibétaine à tout prix, mais pour affirmer la position de la France sur la scène internationale, fidèle à son histoire, indépendante, et pour la liberté des peuples.

Monsieur le Président, s'il y a vraiment une connerie à ne pas faire, c'est bien celle-là ! Pas de real politique quand l'enjeu est si important.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fabien BUFFETEAU - dans Res Publica
commenter cet article

commentaires

Maxence 12/08/2008 19:20

Je comprends la position des uns et des autres, mais j'avoue que je ne sais pas trop quoi penser. La Chine me fait peur par son totalitarisme, mais en même temps, j'ai vu une série ce week-end, où les USA, il y a encore moins de 50 ans, c'était pas ça. Je pense que les mentalités évolueront en chine, mais c'est aussi grâce aux voix internationales, et celle des chinois expatriés que cela se fera.

Nothus 08/08/2008 09:43

Une fois n'est pas coutume, je vais me citer (pas bien, je sais!) :"La question peut paraître saugrenue. Evidemment, ce n'est pas une
petite flamme qui peut éclairer tout le stade. Et rien ne rend plus
aveugle que les affaires. Attention: je ne vise personne. Il serait
injuste et expéditif de dire qu'Areva est partenaire officiel des JO de
Pékin simplement parce que Anne Lauvergeon, la présidente d'Areva, a
signé un gros contrat: la vente de deux réacteurs de deuxième
génération EPR à la Chine. Expéditif, car "en réalité" Areva est
seulement partenaire des jeux para-olympiques. Non, s'il vous plait pas
de mauvais jeux de mots! Areva n'est pas nécessairement responsable
d'un handicap... Même si il est vrai que le plus lourd handicap en ce moment reste la
mutisme de notre administration. Et Areva ne doit pas y être étrangère.
Sans être la seule entreprise d'ailleurs. Alors sur l'Europe hurle pour
l'autodétermination du Kosovo et sa reconnaissance par la Serbie, on
sent une certaine fraicheur pour la Chine. L'administration française
particulièrement, et à la tête l'exécutif, que je juge bien penaud. "La
recherche d’un statu quo n’est pas une politique, c’est un abandon.
(...) La recherche à tout prix de la stabilité conduit à fermer les
yeux sur la cruauté et l’injustice" avait dit Nicolas Sarkozy à un
journal américain. Et oui mais voilà: on ne badine pas avec la Chine. Courtisée de toute
part, une croissance avec un nombre (contre un chiffre inférieur à deux
chez nous), il faut bien lui reconnaître des qualités dans les autres
pays. Et, alors que cette charmante province à peine totalitariste
pointe chaque jour 800 missiles sur Taïwan, l'indépendance de ses
provinces n'est guère de mise. Le pauvre Tibet a du soucis à se faire.
D'ailleurs, j'ai changé le titre de l'article. Originalement "Le Tibet,
à quand l'autodétermination des peuples?", je me suis ravisé. Que savons-nous réellement de la situation? Pas grand chose en fait.
Même pas le nombre de morts nous est inconnu. Dur donc, de connaître
les tenants et les aboutissements exacts qui lient la Chine et la
France, la Chine et l'Europe. En somme, la place réelle et exacte de la
Chine dans le monde. On peut seulement imaginer que les relations
doivent être forcément complexes. Je crois, sincèrement, que la France joue un rôle important en faveur
des droits de l'Homme. Mais ces mêmes droits peuvent-ils être la seule
ligne stratégique de la diplomatie française? Bien sûr que non. Il y a
parfois des coups d'éclats - la France contre la guerre en Irak - mais
généralement ces coups-là se paye cher. Très cher. Et nous ne pouvons
plus économiquement et diplomatiquement nous le permettre. Alors il
faut des tractations de couloir. Le proverbe a tort: il faut faire contre mauvais cœoeur bonne fortune. Parfois d'apparence, parfois non. Ainsi est la vie. "Titre du "post": Les JO 2008, la flamme peut-elle tout éclairer?Date: 2008-03-22, 20:23:00Source: mon blog...Je ne rajouterais qu'une chose: on ne mords pas la main qui nous "nourrit". Alors cessez de chouiner: nous sommes tous responsables en achetant dans les supermarchés sans jamais regarder d'où viennent les produits. C'est pénible de regarder? Oui, mais il faut bien en passer par là pour conjuger actes et pensées...A bon entendeur...

Kiss 08/08/2008 08:40

Fabien, je crois avoir entendu que le Dalaï Lama N'avait PAS demander à rencontrer le président de la République. Dans ce cas, je trouve normal que Nicolas Sarkozy n'ait pas demandé à le rencontrer... je pense que tu seras de mon avis ?!Et puis, son plus fidèle émissaire va le rencontrer pour l'inauguration d'un temple tibétain à Paris : Carla... En tout cas, souhaitons que ces JO soit une occasion de fêter le sport comme il se doit, et de parler démocratie avec nos amis chinois qui n'en ont pas la même notion que nous...

Fabien 07/08/2008 22:41

Je suis entièrement d'accord. Tu ne m'as pas lu, ou mal. Je ne suis pas favorable à un boycott, la France  doit être présente. Mais que le Président ne rencontre pas  la Dalaï Lama parce que cela ne plairait pas à la Chine, ça m'indigne.

linlin 07/08/2008 22:26

si tu connaissais un minimum d'histoire contemporaire, tu saurais que depuis que les dictatures communistes existent, soit presque 100 ans maintenant, tous les chefs d'états des pays libres ont rencontré ces dictateurs et leur ont serré la main et entretenu des discussions politiques avec eux. Il faut lutter contre eux et pas contre leurs peuple et ça ne sert à rien de boycotter

Articles Récents